Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/05/2009

CAP 21 soutient le projet d’une voie verte dans la vallée du LEZ

Une piste cyclable qui longe le Lez, c’est possible !

Dans une logique de développement des déplacements doux, c’est même indispensable.
Le Lez a l’avantage de constituer une radiante qui traverse de part en part l’agglomération de Montpellier, du Nord vers le sud. C’est par ailleurs un véritable poumon vert pour cette même agglomération.
Une piste cyclable qui longerait le lez pourrait donc avoir un double objectif :
• Utilitaire : pour relier les centres urbains entre eux (Lattes, Montpellier, Castelnau, Clapiers, Jacou, Prades…), et les pôles résidentiels aux pôles d’activité (agropolis, cap alpha, …)
• Loisirs : pour construire un véritable circuit de promenade paisible et accessible à tous, qui longe le lez depuis les villages du nord jusqu’à la mer .
Lez coulée verte.jpg
La photo ci-dessus montre bien le parcours vertical du Lez qui venant du nord de l’agglomération montpelliéraine, la traverse en faisant office de frontière entre Castelnau et Montpellier, puis en se prolongeant sur Lattes et ensuite sur Palavas.
Le lez longe Castelnau dans toute sa partie ouest.

 

C’est dans cette partie qu’à quelques hectomètres du Corum et de la place de la Comédie, se retrouve un joyau environnemental.

Les vélos sont les parents pauvres de cette partie du lez puisqu’il n’y a pas à ce jour de connexion possible par la vallée du Lez entre les pistes cyclables venant de Jacou et Clapiers, et les pistes cyclables de Montpellier. A noter que la traversée de Castelnau par l’avenue Jean Jaurès n’est pas vraiment praticable par les vélos étant donné l’étroitesse de cet axe et sa très forte fréquentation automobile.

Les pistes cyclables provenant de Clapiers (RD 65 et route de Clapiers) et de Jacou (route de Clapiers) convergent sur Naviteau à l’entrée nord de Castelnau (Av. Jean Jaurès).

Au-delà, il n’y a plus de piste cyclable dans Castelnau, et il n’existe plus de connexion avec les pistes cyclables au sud qui remontent de Montpellier par l’avenue de Nîmes (avenue qui mène au Corum et à la place de la Comédie)

Claude Privat, correspondant CAP 21 Castelanu le Lez

 

11/04/2009

Libéralisme ou protectionnisme ?

Chers amis,

Je vous signale l'adresse internet de différents  articles intéressants sur les questions économiques portant sur la question centrale du libéralisme ou du  protectionnisme (article de jacques Sapir; critiques de cet article et réponses de J. Sapir) :
http://www.monde-diplomatique.fr/2009/03/SAPIR/16882
http://blog.mondediplo.net/2009-03-31-Protectionnisme-libres-echanges
Cordialement

Georges Fandos

NON au " Village des Marques" à Montpellier

COMMUNIQUE DE PRESSE

CAP 21 approuve Madame Mandroux dans son opposition à la création d’un « village des marques » au sud de Montpellier, dans une zone déjà fortement congestionnée sur le plan de la circulation. Cette zone sera de plus en plus saturée au point de vue urbanistique compte tenu des projets d’extension de Montpellier au sud de l’agglomération.
CAP 21 demande aux autres élus de l’agglomération de surseoir à ce projet tant que des études sérieuses n’auront pas montré qu’il ne pouvait nuire au commerce du centre ville. Compte tenu du fait que le pouvoir d’achat des habitants de l’agglomération n’est pas extensible à l’infini, on peut  craindre que ce qui sera dépensé au « village des marques » ne le  soit plus dans le commerce local, même si l’on compte attirer des consommateurs venus d’ailleurs.

CAP 21 trouve extrêmement choquant que Mr Frêche ait pu déclarer que Mme Mandroux n’ était pas tenue par l’accord signé avec les commerçants du centre ville lors du conflit Odysseum,  limitant  l’extension du  commerce en périphérie.

Que vaut, dans ce cas, la parole donnée ?

Pour
CAP  21  
Georges Fandos
Délégué  régional


04/04/2009

Un peu de démocratie SVP !

COMMUNIQUE DE CAP 21 Languedoc-Roussillon

 

Sans aucun débat ni vote au sein du MoDem, Marc Dufour, Président départemental du MoDem Hérault, a annoncé par voie de presse le ralliement du MoDem à la liste menée par Mr Frêche aux prochaines élections régionales moyennant quelques places sur cette liste.

 

CAP 21 (Citoyenneté Action Participation pour le 21°ème siècle), parti co-fondateur du MoDem présidé par Corinne lepage, prend acte, une nouvelle fois, des méthodes anti-démocratiques qu’utilise Marc Dufour pour arriver à ses fins par la politique du fait accompli.


CAP 21 demande donc que le Mouvement Démocrate démente publiquement les propos tenus par Marc Dufour. CAP 21 interpelle les instances locales et nationales du Mouvement Démocrate pour qu’elles désapprouvent de tels agissements et demande une clarification rapide de la situation.


Pour notre part et contrairement à Marc Dufour, nous estimons que l’alliance avec G. Frêche aux élections régionales pose un problème de fond car nous désapprouvons ses méthodes et nous ne partageons pas sa vision du développement régional  basée sur la croissance et l’urbanisation accélérée de l’agglomération de Montpellier qui engloberait Sète, Nîmes et Alès, avec comme objectif une ville de plus d’un million d’habitants. Montpellier  mégapole serait source de contre productivités (circulation saturée, surconcentration urbaine, pollution de l’air,...) et de déséquilibres des activités humaines dans l’espace régional.

Ne reproduisons pas en Languedoc-Roussillon les graves erreurs d’aménagement réalisées ailleurs.


Il faut au contraire envisager un développement équilibré et harmonieux, respectueux des habitants, et s’appuyant sur l’ensemble des villes et du territoire de notre région, avec le soutien de Montpellier comme capitale régionale au service de cette vision. Il n’est pas nécessaire pour cela de créer une méga cité, c’est une vision du passé !


Pour CAP 21 Languedoc-Roussillon,

Georges Fandos,

délégué régional CAP 21 et membre du Conseil National du MoDem

Les délégués départementaux :

Geneviève Garcia  (Gard)

Stéphane  Lesprit  (Aude)

Denis Serre          (P.O)

Christian Vial       (Lozère)

25/03/2009

CAP 21 ne soutient pas le projet de JO à Montpellier

CAP 21 membre fondateur du MODEM tient à faire savoir qu’il ne soutient absolument pas le projet farfelu proposé par les élus Modem de Montpellier qui consiste à faire de Montpellier et de sa région les organisatrices des jeux olympiques en 2024.

Le développement durable passe dans notre région par d’autres types de projets prioritaires beaucoup plus structurants à long terme,  tel que le ferroutage, le merroutage, le développement d’industries dans les énergies renouvelables ou les activités durables, une agriculture de qualité…

Contrairement à des installations olympiques, qui génèrent surtout des emplois temporaires pour la construction et déficitaires par la suite,  ces emplois seraient pérennes.

En effet, des installations olympiques grèveraient longtemps le budget des contribuables régionaux pour entretenir des installations surdimensionnées qui au-delà des jeux devraient être pris en charge par les habitants du Languedoc –Roussillon.

La mode « bling bling » qui consiste à faire de l’activisme spectaculaire ne doit pas conduire à des choix anti-économiques alors qu’il existe des vrais potentialités en matière de relance d’une économie durable dans notre région pour créer des emplois stables, qui ne grèvent pas les finances publiques et qui contribueraient à résoudre la crise écologique et sociale !

Pour CAP 21,

Georges Fandos

Délégué régional LR