Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/02/2010

Aménagement du territoire du LR

Afin d’alimenter le débat politique sur l’aménagement du territoire, qui participe à la trame de fond de ces élections régionales, CAP 21 souhaite s’exprimer sur ce domaine car il nous parait emblématique des impasses dans lesquelles nous fourvoient les politiques menées aujourd’hui dans notre région.

Ce thème fait l’objet, par contre, de propositions fortes de la liste Europe Ecologie que nous soutenons.

 

Critique de la concentration urbaine :

La méga agglo d’un million d’habitants à Montpellier chère au président de Région avec « le Village des Marques», et un projet de ZAC de 1,5 millions de m2 au sud de l ‘A9 va aggraver :

1. Les embouteillages : le déplacement domicile travail représente 25% des déplacements,

2. La distance moyenne domicile travail qui a augmenté de 5 à 15km en 30 ans

3. Le gaspillage d’énergie et la pollution : 1km voiture consomme 1 tonne équivalent pétrole par an, émet en gros 100 à 300 g de CO2 par km, 2 tonnes par an. (Il y a 200 000 voitures en circulation aux heures de pointe dans une agglomération de 300 000 habitants)

4. Le gaspillage de l’espace : une seule automobile oblige la collectivité locale à mettre à sa disposition 170 mètres carré despace urbain public.

5. La pollution et le stress : selon une étude de l’Institut National de Veille Sanitaire, chaque année, la pollution atmosphérique est directement responsable, dans l’unité urbaine de Montpellier, de 34 décès, de 79 admissions hospitalières pour motif cardio-vasculaire, 15 pour motif cardiaque et 13 pour motif respiratoire chez les plus de 15 ans.

La métropolisation qui constitue l’argumentaire de base du président de Région et de l’Agglomération (« Montpellier se développe et contribue en  tache d’huile  au développement du LR ») est une vision du passé.

La vision d’avenir c’est un techno-réseau de villes au lieu d’une technopôle. On peut citer à tire d’exemple de ce que nous souhaitons, l’Italie du Nord avec ses « des usines au village »  ce qui constitue un gain de temps, la possibilité de pluriactivité, moins de pollution, la revitalisation de l’espace rural…

Sur ces questions comme sur beaucoup de sujets , la vision d’avenir en matière d’urbanisme et d’aménagement c’est Europe Ecologie qui l’exprime et non le président de Région qui a une vision dépassée ne correspondant pas aux enjeux d’avenir (réchauffement climatique, lutte contre les gaspillages et contre la pollution..).

 

le 20 février 2010.

Georges Fandos

Délégué régional CAP 21 LR

24/01/2010

CONSTRUISONS UNE LIGNE DE TRAM EST OUEST AU SUD DE L’AGGLO



Lettre ouverte aux élus qui soutiennent le doublement de l’autoroute au niveau de Montpellier et la déviation de Castries .

Mesdames et , Messieurs les élus ,


vos positions en faveur de l’écologie nous interrogent . En effet alors que le P.D. U de l’agglomération de Montpellier que vous êtes en train d’élaborer préconise : « La priorité doit aller au piéton, au vélo et aux transports en commun ».
Vous soutenez en même temps par vos déclarations le doublement de l’autoroute A9 au niveau de l’agglomération, au Sud, et vous construisez un périphérique au Nord pour absorber la circulation que vous avez déviée.

Notre constat
Le problème de la circulation EST Ouest sur l’autoroute A9 tient au fait que les habitants des villages à l’Ouest ou à l’Est de l’agglomération prennent leur voiture pour venir travailler à Montpellier ou veulent traverser l’agglomération .
Par exemple 15000 voitures par jour, traversent Castries , 30000 à 40000 voitures prennent l’autoroute pour rentrer ou sortir de Montpellier .
Si on lit la carte de la TAM , on constate que les quartiers Sud sont reliés au centre ville par des lignes de bus qui suivent des axes radians . Par contre , il est frappant de constater qu’aucune ligne de bus permet de traverser l’agglomération d’Est en Ouest par le sud .

Posons nous quelques questions .
Pourquoi ne pas construire en priorité une ligne de tram qui traverse toute l’agglomération d’Est en Ouest par le Sud ?
Pourquoi ne pas mettre en place un service de navettes pour chaque village important ?(Castries , Vendargues , Le Crès …..) .
On aurait ainsi un système de transport en commun intégré qui permettrait aux habitants de laisser leur voiture au garage .Ceci réduirait le nombre de voitures en circulation et vous ne seriez pas obligés de construire de nouveaux parkings .
Pourquoi ne pas utiliser l’ancienne voie ferrée désaffectée de Sommières pour prolonger la ligne 2 vers l’Est jusqu'à Boisseron, à partir de la station du Sablassou à Castelnau le lez ? On réduirait ainsi les coûts et les délais .
Pourquoi ne pourrait on pas implanter tout le long de la voie , une voie verte pour les piétons et les vélos ?

Notre proposition de tracé
Boisseron ,Castries,Vendargues , zone industrielle, le bas du Crès , le Sablassou , Odysseum , La nouvelle mairie, les près d’arènes et la ligne 2 du tram déjà construite.

Que pensez-vous de notre proposition ?
Nous souhaitons que les citoyens s’expriment sur notre proposition.

Nous restons Mesdames et Messieurs les élus à votre disposition pour en discuter et vous prions d’agréer nos meilleures salutations.

Claude Privat

CAP 21 Castelnau Le Lez

29/11/2009

LIgne à grande vitesse Montpellier Perpignan

CAP 21  Languedoc Roussillon regrette que ce soit le  scénario mixte voyageurs à 300  km/h et fret à 120 km /h qui ait été  adopté pour la ligne nouvelle Montpellier - Perpignan, par rapport à l’autre scénario mixte présenté au débat public  (220  km / h pour les voyageurs et 120 km/h).

En  effet ce dernier projet aurait :

- Permis  un développement du fret beaucoup plus important du fait de la différence de  vitesse moins grande entre trains de voyageurs et de fret.

- Un moindre impact environnemental et paysager du  fait de vitesses moins rapides pour les trains qui permettraient des rayons de  courbure plus petits, donc la possibilité d’éviter des zones à protéger plus  facilement et des talus  de moindre hauteur  (impact visuel amoindri).

- Un coût très inférieur (3,9 milliards au lieu de  5,2 milliards pour le scénario choisi). *

La mobilisation des associations, des écologistes et des  citoyens a commencé à payer, mais il faut continuer à se mobiliser !
CAP 21 LR continuera  à défendre l’option  220 km  / h voyageurs et 120 km/ h pour le fret, dans l’intérêt de l’environnement et  des contribuables de la  région.
            
Pour CAP 21 LR

Georges  Fandos


* 220 km/ h au lieu de 300 km/ h c’est à peine 10 minutes de plus de trajet sur le Montpellier – Perpignan, pour une économie de 1,3 milliards d’euros, soit une économie de 130 millions d’euros à la minute ! Par les temps qui courent , ce n’est pas à négliger pour les contribuables !


 



13/11/2009

CAP 21 participe à la liste Europe Ecologie Languedoc Roussillon


Aux élections régionales, CAP 21 Languedoc –Roussillon a décidé de participer à la liste de rassemblement des écologistes intitulée « Europe Ecologie Languedoc Roussillon » menée par le Vert Jean-Louis Roumégas. En effet, CAP 21 pense que ce regroupement constitue le meilleur cadre pour présenter aux électeurs languedociens et catalans un projet différent de tout le reste de l’offre politique régionale, parce qu’il porte sur deux axes fondamentaux :

1) Un aménagement du territoire, équilibré, harmonieux, préoccupé de développement durable et créateur d’emplois nouveaux.
- permettant à chaque ville de notre région de se développer en bénéficiant d’équipements et de services de proximité performants (services de santé, services publics).
- et, en milieu rural, permettant aux agriculteurs de vivre de leur travail sans avoir à survivre avec des subventions. Les prix des denrées agricoles doivent donc être rémunérateurs. La Région aidera les paysans à produire plus écologiquement et à promouvoir leurs produits en favorisant l’organisation de filières et de circuits courts. De même, dans les zones pastorales, encouragera-t-elle l’élevage extensif qui, en entretenant la forêt, y limite les incendies.

Le savoir-faire de nos entreprises, artisanales, commerciales ou industrielles, sera soutenu et valorisé par les aides offertes à l’amélioration de l’habitat, à l’isolation des bâtiments, au développement des énergies renouvelables, du ferroutage, et des transports en commun dont le TER. Autant de chantiers qui contribueront à la préservation de notre environnement naturel, en créant de nouvelles activités. Nous encouragerons aussi le développement d’un tourisme intégré (gîtes ruraux, accueil à la ferme) et la rénovation des stations littorales et de montagne.
Ainsi seront créés des emplois nouveaux.
Nous entendons démontrer que la pratique d’un développement durable est la seule façon de sortir de cette crise écologique et sociale.


2) Une gestion démocratique de la vie publique.
Ce souci implique de ne pas mépriser les citoyens, de les écouter, eux, leurs associations et leurs élus (même ceux de l’opposition). Tous ces acteurs seront consultés pour définir ou modifier les projets, leur suivi et le fonctionnement des réalisations.
La pratique d’une démocratie participative permettra d’éviter les projets mal adaptés ou de les ajuster en modifiant ceux qui pourraient être engagés. Elle permettra aussi de s’extraire d’une gestion antidémocratique et clientéliste des affaires publiques.


Les deux axes que nous venons de définir, sont aux antipodes de la vision de l’avenir de notre Région que défend son actuel président.
A sa vision dépassée d’une solution à la crise écologique et sociale par croissance exponentielle d’une mégapole montpelliéraine promise à atteindre le million d’habitants, impliquant une accumulation de nuisances de toutes sortes (embouteillages, pollution, bétonisation à outrance) et un déséquilibre croissant de l’espace régional, nous opposons un modèle opposé privilégiant la revitalisation du tissus rural et le développement des villes moyennes qui organiserait le territoire à partir d’un réseau urbain cohérent à dimension humaine.
C’est pourquoi la condition préalable de notre participation à la liste « Europe Ecologie Languedoc Roussillon » lors des prochaines élections a été l’engagement des partenaires de cette liste de refuser tout soutien à l’actuel président de Région. Pour engager une action efficace en Languedoc-Roussillon, il importe qu’y soient rénovées la vie publique et les pratiques démocratiques.
Nous regrettons que le Modem (dont participe CAP 21 comme membre fondateur) ne clarifie pas sa position face à ces enjeux. Alors que le Modem, au niveau national, souhaite des listes autonomes, le coordinateur régional du Modem, M. Marc Dufour, déclare régulièrement souhaiter que le Mouvement figure sur la liste du président de Région.
Nous ne souhaitons pas nous trouver dans la situation des dernières élections municipales à Montpellier où sans consultation démocratique des adhérents, M Dufour et ses amis avaient décidé, au tout dernier moment, de participer à la liste soutenue par M. Frêche. En désaccord avec ces manières, nous avons du monter dans l’urgence (en 15 jours) une liste autonome.
CAP 21 souhaite s’engager avec le rassemblement des écologistes qui correspond à ses valeurs et défend une stratégie sans ambiguïté. Les membres et sympathisants du Modem (il y en a beaucoup de valeur) qui par contre à titre individuel veulent nous accompagner dans cette démarche seront les bienvenus !

S’agissant de construire dans la durée et pour l’avenir, bâtissons ensemble une nouvelle majorité régionale sur des valeurs écologiques, sociales et démocratiques replaçant l’homme au centre du débat.
Avec des convictions portées par une résolution, tout devient possible
Au nom des adhérents de CAP 21 Languedoc Roussillon,
Georges FANDOS
Délégué régional CAP 21 LR

08/08/2009

Lettre ouverte aux 25 élus qui veulent le doublement de l’A9


Mesdames et Messieurs les élus,
Nous comprenons tout à fait votre souci concernant la sécurité et la fluidité du trafic dans l’agglomération, mais la question qu’il faut se poser c’est si le doublement de l’A9 répond à cette préoccupation.
Il ne nous semble pas pour les raisons suivantes :
1/ Par rapport aux bouchons provoqués sur l’A9 à cause des accidents souvent dus aux camions, il faut noter que les accidents se produisent fréquemment hors du trajet qui serait doublé, donc ça ne changerait pas grand choses à la situation actuelle; on peut même penser que le fait de doubler l’A9 permettra un trafic accru de camions donc plus de chances d’accidents hors zone doublée…
La vraie solution consiste à développer le fret ferroviaire et par mer pour diminuer le nombre de camions sur l’A9 donc la probabilité d’accidents. La réalisation du projet de ligne mixte LGV selon le scénario qui offre un fort potentiel pour le fret (220 km /h voyageurs et 120 km / h pour le fret) est une priorité !
2/ Par rapport aux bouchons aux heures de pointe, le doublement ne change rien et le gouvernement a raison de s’attaquer en priorité à l’aménagement des entrées sorties qui seul sont susceptibles de répondre au problème. Le développement des transports en commun avec des parkings en périphérie correspond à la reponse complémentaire pour réduire le trafic automobile.
3/Concernant l’effet de serre, on ne peut à la fois se donner comme objectif de réduire par 5 les gaz à effet de serre et multiplier les autoroutes …
4/ l’impact de la pollution due au trafic sur la santé des riverains devrait également vous interpeler.
5/ sur le plan de l’urbanisme la multiplication des zones commerciales (Odysseum , Village des Marques…) et des zones bâties ne peut qu’aggraver les saturations de trafic. Il faut limiter l’urbanisation à outrance de l’agglomération des villages alentours. Nous vous invitons à être cohérents et lucides sur ce plan là !
Nous sommes prêts à discuter et débattre avec vous de tous ces aspects dans un esprit constructif : inventons des solutions d ‘avenir compatibles avec l’évolution soutenable et cessons le mal développement de notre région centrés sur la concentration urbaine et le tout routier !
Pour CAP 21,
Georges FANDOS
Délégué régional