Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/03/2014

Lettre ouverte à Messieurs Collard et Menard et aux nouveaux « compagnons de route » du FN.

Messieurs,

A l’occasion des élections municipales qui sont l’objet de joutes au sujet de l’intégration des résidents étrangers dans nos villes, je souhaite vous interpeller sur les positions du FN sur ces thèmes.

Si je souhaite attirer votre attention sur ces sujets  qui  structurent fondamentalement les thèses du FN, c’est que je pense que ces thèses s’opposent frontalement aux valeurs universelles qui fondent notre République, et je souhaite ouvrir le débat sur cette question qui est un révélateur fondamental des problématiques qui traversent nos sociétés.

Le débat porte, sur le fond, sur la possibilité ou non de cohabiter, entre des personnes issues  de cultures et de civilisations différentes (1).

Bien sûr, contrairement à Monsieur Le Pen,  le FN et Marine Le Pen sont désormais d’une prudence de Sioux sur ces sujets et dans leur expression publique actuelle, il n’y a plus de référence explicite à certaines questions épineuses. Mais ces questions restent posées :

Le FN et Mme Le Pen défendent–ils encore et toujours l’impossibilité pour les peuples de cultures différentes, de cohabiter sur un même territoire? Car cette thèse centrale  a longtemps justifié, à leurs yeux, le rejet de l’immigration. Il faudrait, pour eux, que les  personnes étrangères vivant au sein de  notre Nation acceptent de s’assimiler à notre culture en reniant la leur. En d’autres mots, tu deviens comme nous ou tu pars…

Si la question  est de savoir si les populations étrangères doivent intégrer ou du moins accepter de se plier  dans l’espace public  au respect des valeurs de  laïcité de notre culture, la réponse est bien sûr que oui ; et à ce titre il faut en effet interdire le port du voile islamique  à l’école comme  de tout signe ostentatoire religieux ou d’oppression de la femme. Il ne s’agit pas ici de nier les contradictions entre valeurs universelles issues de la culture démocratique et des traditions culturelles particulières à certaines autres (2); mais cela ne suppose en aucun cas, comme l’affirme le FN, que la cohabitation soit impossible, ni que toutes ces personnes ne sont pas susceptibles d’intégrer nos valeurs. Ce sont ces glissements «  idéologiques » successifs propres au FN, qui ne sont pas conformes à notre vision républicaine.

En effet, cette hypothèse de non communication entre les peuples est contredite par toutes les recherches anthropologiques et sociales qui montrent  l’existence de valeurs universelles entre tous les peuples même très différents quant à leur mode vie et de représentation du monde. Il en découle la possibilité d’échanges vrais  même entre personnes de cultures très différentes comme l’attestent les travaux de Claude Levi-Strauss, de Françoise Héritier… A partir de là, ces chercheurs prouvent qu’au delà de la compréhension du mode de fonctionnement des autres sociétés, on peut élaborer une démarche commune et collective pour construire une cohabitation entre ces communautés, dans le respect des différences et sans renier les principes laïques de notre République, si c’est la volonté de ces différentes communautés. Bien sûr, le chemin n’est pas facile ni ici ni ailleurs,  comme le montrent par exemple les affrontements entre les populations arabes éprises de valeurs laïques et les intégristes en Tunisie, en Egypte en Turquie,…ou la cohabitation difficile des habitants entre eux dans nos villes ; mais ce dialogue est la seule voie pour une pacification des rapports sociaux. Cette stratégie est aux antipodes de celle du FN basée sur la montée des tensions. En réduisant les populations arabes aux musulmans, puis les musulmans aux intégristes, le FN commet volontairement une double  simplification de la réalité complexe, qui conduit à alimenter la haine de ces populations et son discours électoral.

Au contraire, le socle de valeurs communes à tous les démocrates, rend possible,  au-delà des différences, les échanges entre civilisations et fonde les valeurs de laïcité, si paradoxalement en vogue au FN ces derniers temps (en fait, depuis que le FN a abandonné officiellement, l’intégrisme catholique cher à certains de ces courants historiques,  et  qu’il instrumentalise la laïcité au nom de la lutte contre l’islamisme radical). Mais il faut le souligner, ce discours récent sur la laïcité de la part du FN est en contradiction flagrante avec ses discours différentialistes tenus par eux -mêmes et par ailleurs…

Les valeurs universelles  justifient à juste titre, pour les étrangers et pour les nationaux,  le rejet de l’intolérance, le respect des cultures (et donc aussi bien sûr de celle de la France), le refus de pratiques barbares comme l’excision, et de manière plus globale, nous invitent au respect des femmes, et au rejet de toute forme de discrimination entre les personnes. C’est ce socle commun qui fonde le respect des différentes formes d’expressions culturelles, mais toujours, dans les limites du respect de valeurs universelles. Car il peut, en effet, y avoir conflit entre universel et local; mais le débat ne peut être tranché de manière générale et définitive en faveur systématiquement, des valeurs locales, nationales  et contre celles des autres, comme le fait le FN. C’est de l’ethno-centrisme, qu’il s’appelle défense des valeurs du christianisme ici, ou de l’islam ailleurs, … qu’il s’habille sous les oripeaux d’un discours néo-laïque ou sous la forme de défense de l’Occident chrétien contre les autres religions ou contre les autres civilisations au nom de la « supériorité » de la nôtre. En matière de valeurs, il y a des différences, non des hiérarchies; et il y a des valeurs universelles qui peuvent entrer en conflit avec des pratiques  culturelles locales mais on  ne peut en aucun cas fonder ainsi des préférences quant à des droits universels de la personne humaine à se vêtir, à se nourrir ou à se loger. La préférence nationale pose problème à ce titre. Si des personnes d’origine étrangère sont légalement présentes sur notre territoire, elles ont les mêmes droits en ces matières, ni plus ni moins que les « nationaux ». Le problème se situe en amont par rapport à la régulation des flux migratoires non à ce stade. Par ailleurs afin de ne pas alimenter des haines et des faux débats, il faut veiller effectivement au fait que les dispositifs et aides sociales soient également répartis entre les personnes de faibles revenus et qu’on ne privilégie pas certaines au détriment des autres. Mais il s’agit là de vigilance dans l’application de règles, non d’autre chose. Or, comme c’est le cas aujourd’hui en France, les populations étrangères résidant légalement , sont en proportion plus marginalisées que les nationaux. Donc il est logique que de ce fait qu’une proportion plus importante de ces personnes bénéficient de ces aides au même titre qu’un résidant français. En tout cas l’ennemi c’est bien la misère et l’exclusion, non l’étranger.

Une autre notion qui pose aussi problème et fonde tout le socle du discours du FN est la question à la fois de la hiérarchie des « races » et des civilisations et le mélange volontaire  dans certains de leurs discours entre l’affectif et le social.

Dire qu’il y a des différences entre civilisations, ne fonde en rien le fait qu’il puisse y avoir une hiérarchie entre elles, avec des « supérieures et des inférieures ». L’exemple cité par Mr Le Pen, sur l’affection,  forcément différente, en intensité et nature, que l’on porte pour ses proches par rapport à des étrangers à sa famille, est une transposition inadaptée et monstrueuse par rapport aux sujets que nous traitons sur la différence de civilisations. Cet argument essaie de fonder ce qui n’est pas défendable ; à savoir le rejet de l’autre au nom de la proximité de sa famille sur le plan affectif : c’est une escroquerie intellectuelle, un mélange des concepts et des champs d’analyse des réalités sociales et humaines  à visée xénophobe. De plus on rajoute subrepticement, la notion de hiérarchie à celle de différence et on mélange le plan affectif et le social. Quand on  mélange ainsi les affects et les logiques d’organisation sociale on fait le socle des idéologies totalitaires (cf. écrits de W.Rech « la psychologie de masse du fascisme »). Hannah Arendt, Georges Orwell ont bien montré que les sociétés totalitaires sont construites sur le fait que certains principes de la vie affective, des valeurs émotionnelles et certains éléments d’irrationalité sont ainsi transposés du plan individuel au plan collectif. Cela donne le culte du chef, l’attachement indéfectible et irrationnel aux valeurs de sa culture, la  croyance en la supériorité de sa culture (ou de sa «race » ) sur celle des autres, … L’Histoire est là pour nous le montrer.

Tout cela, Messieurs les «compagnons de route » du FN devrait vous poser question : allez- vous cautionner ces thèses dangereuses pour la cohabitation pacifique des peuples ? Ou préférez-vous les passer sous silence ? N’en voyez-vous pas les conséquences désastreuses ?

L’incapacité réelle, du PS et de l’UMP à trouver des solutions à la crise économique et sociale que nous traversons ne justifie en rien que l’on se rabatte sur le FN comme alternative. Le refus de la pensée unique en matière de politique économique, ne justifie pas la défense des propositions xénophobes du FN, hier ultralibérales, aujourd’hui protectionnistes et à visées sociales « sélectives » en faveur des nationaux.

Les français se doivent de construire une alternative cohérente qui ne tombe ni dans les ornières de la gestion sans perspectives des forces gouvernementales actuelles ni dans le discours  du FN qui rend impossible à mon avis tout soutien à ce mouvement pour les raisons que j’ai exposé.

Ce projet ne peut être que démocratique, écologique et social sur la base des valeurs humanistes et laïques qui ont fondé notre République : ne nous fourvoyons pas dans de fausses solutions basées sur le rejet de l’étranger en tant que bouc émissaire. Mobilisons notre imagination pour élaborer une véritable porte de sortie à nos problèmes.

La France et l’Europe méritent  mieux que le projet du FN et de Mme Le Pen !

Georges Fandos

Mail : georges.fandos@wanadoo.fr

Blog : http://georgesfandos.hautetfort.com

Notes :

(1) Ce débat s’inscrit de façon plus  de façon plus générale sur le conflit, bien connu des anthropologues entre une conception qui valorise les approches universalistes ou différentialistes des cultures. Il porte plus précisément sur des discours politiques qui s’appuyant sur des conceptions différentialistes, que soutien le FN,  en tirent des conclusions pour signifier l’impossibilité d’une coexistence et d’une construction démocratique commune à ces personnes et aux autre français.

Ce débat est d’autant  plus important que ces thèses fondent la théorie et la pratique politique du FN bien au-delà de ces questions.

 

(2) Ces conflits ont été théorisés depuis longtemps par des chercheurs comme le philosophe Cornélius Castoriadis. Il montre les conflits  existant entre les valeurs des mouvements  démocratiques et des préceptes anti-égalitaires ou discriminatoires pour les femmes de certaines religions ou traditions (cf. ses écrits dans « l’Institution Imaginaire de a Société »). Mais cela concerne aussi bien les intégristes islamistes que juifs ou catholiques. L’instrumentalisation de la laïcité par le FN est patente du fait qu’il ne s’est jamais manifesté contre ces autres formes d’intégrismes et qu’ au contraire il sympathise avec certains d’entre eux, par exemple les colons juifs de l’extrême droite israélienne qui invoquent les textes sacrés pour justifier l’occupation du territoire en Palestine…

02/02/2014

Radicalité, 20 penseurs vraiment critiques

Ce  livre, qui vient de paraître et qui a été coordonné par Cédric Biagini, Guillaume Carino et Patrick Marcolini, est une excellente synthèses des penseurs dont vous n'entendrez pas forcément parler souvent dans les médias, mais qui ont véritablement posé des jalons pour une autre  vision du monde en terme radicaux et qui interpellent les écologistes. Il expose, sous forme résumée, la pensée des pionniers de l'écologie politique (Bernard Charbonneau, Jacques Ellul, Ivan Illich) mais aussi celle de Tiers Mondistes critiques de la mondialisation économique (François Partant, Vandana Shiva)  et de philosophes ou de penseurs d'inspiration radicale ou  libertaire comme (Cornélius Castoriadis, Jean Claude MIchea, Georges Orwell, Moishe Postone...) , ou des créateurs comme Pier Paolo Pasolini. C'est l'occasion aussi de découvrir des auteurs critiques sur la modernité moins connus  comme Zygmunt Bauman, Gunther Anders,Lewis Mumfort, Richard Sennet, Lucien Sfez... ou de penseurs proches de la psychanalyse avec une vision sociale émancipatrice comme Christopher Lasch, Dany-Robert Dufour. J'ai aussi admiré le parcours de Simone Weil (la philosophe à ne pas confondre avec l'autre femme politique du même nom qui a aussi de grandes qualités morales), qui a participé à la Résistance et à l'expérience personnelle du milieu ouvrier en travaillant en usine,  pour mieux en parler dans une optique émancipatrice.

Voila donc un livre à ne pas louper et des penseurs très intéressants. De ceux qui nous permettent de forger des convictions fortes et incitent à la lucidité : je vous en conseille vivement la lecture !

Cordialement

Georges Fandos

09/06/2013

Lettre ouverte aux politiciens des formations gouvernementales européennes


Le discours des politiciens des formations gouvernementales qui se sont succédées au pouvoir depuis  plus de 30 ans, continue imperturbable « ad nauseam »  (jusqu’à l’écœurement) : ils occupent antennes et médias divers avec leurs propos sempiternels (il faut « moderniser, s’adapter, être flexible, mobile, s’ouvrir, se serrer la ceinture… »).

Le problème c’est que ces propos ne les concernent pas, car eux, ils sont immuables dans leurs certitudes et la recherche de postes bien rémunérés, avides, insensibles aux malheurs des gens communs, et surtout incapables de donner des pistes pour l’avenir.

Ainsi, après avoir soutenu toutes le réformes qui ont fait perdre à la politique toute capacité d’influence sur l‘économie (ouverture des marchés des capitaux, dérégulation financière, désarmement douanier, indépendance des banques centrales, austérité salariale pour les autres…), ils viennent pleurer en public et dénoncer les politiques suivies par les instances et les politiques qu’ils ont eux-mêmes mis en place (Commission européenne, OMC, FMI) et à qui ils ont confié la souveraineté économique, monétaire, financière, …et donc politique !

Un peu de décence Mesdames et Messieurs, les décideurs!

Les peuples ne sont pas aussi crédules que ce vous croyez et ils décryptent tout ce cinéma ! Pourquoi croyez vous donc qu’ils  s’abstiennent de plus en plus de voter ou donnent leur voix à des formations extra –gouvernementales ?

En Grèce, Espagne, Portugal… la révolte est en marche contre vos politiques « austéritaires » et injustes, qui demandent des sacrifices, toujours aux mêmes.

 Méfiez-vous !

Vous-vous plaignez de la montée des extrêmes ; mais n’avez pas tout fait pour celà ? Montée du chômage, de la précarité, quartiers ghettos, abandon de la jeunesse qui ne fait pas partie des « élites » ? ,

Vous dénoncez (avec vos éditorialistes collaborateurs du système) avec véhémence, les thèses  « populistes »,  ce qui montre votre peu de sensibilité aux malheurs du peuple, contrairement à certains intellectuels tel Georges Orwell qui parle du sens de l’éthique, de la  décence commune (« common decency ») des petites gens. Prenez-en de la graine !

Plus que jamais, la marchandise s’étale à longueur de vitrines, et dans notre société tournée vers la consommation, le sens de l’existence est donnée via la possession d’objets (si tu as la « marque »  tu existes, sinon tu n’est rien). Le sens de la vie tel qu’il est colporté par le discours des publicitaires est centré sur la consommation. Ne vous étonnez donc pas qu’une telle violence symbolique se retourne contre votre ordre social par ceux qui en sont exclus (jeunes chômeurs, habitant des quartiers pauvres livrés aux mafias et rackets en tout genre...) et dont les seules perspectives d’affirmation se résument à la consommation ostentatoire d’objets signe de réussite (voitures, parfums, gadgets technos…).

Ne vous étonnez pas non plus, que nos peuples ne croient plus en une Europe passoire livrée au dumping du marché mondial qui met en concurrence sauvage des pays à structure de production et de protection très inégales, grâce aux stratégies de réduction des taxes douanières que vous avez mis en place en faveur des multinationales.

D’ailleurs quand vous avez consulté les peuples et qu’ils ont « mal voté », c’est  à dire qu’ils ont dit non à vos propositions, via la voie référendaire que vous contrôlez moins que des élections parlementaires « démocratiques » (vote non au TCE en France , votes hostiles à l’Europe ultralibérale en Irlande, en Hollande …), vous n’en avez tenu aucun compte ! Ne vous étonnez donc pas de leur rejet de l’Europe anti-démocratique que vous avez concoctée !

[En France (et  en Europe en général), la loi récente de non amnistie des ouvriers qui se sont révoltés, le lâchage des ouvriers en lutte (Florange, Vilvorde …)  par ceux qui étaient censés les aider (gouvernements socialistes) ne fait que rajouter aux malheurs et à la violence symbolique dont souffre la classe ouvrière abandonnée par des pouvoirs socialistes en mal de reconnaissance par la finance (agence  de notations, fonds de pension, …). La fondation intellectuelle de « gauche  type social démocrate»  Terra Nova  avait théorisé l’abandon de la classe ouvrière par la gauche gouvernementale ; les gouvernements socialiste l’ont fait en Espagne et en France (accord de flexibilité, facilités de licenciement, réduction des retraites,  impôts en veux-tu, en voilà …) ! ]

Face à leur incapacité à réduire le chômage par des politiques d’austérité, les socialistes au pouvoir (Zapatéro) ont théorisé puis appliqué des stratégies politiciennes de mise  en avant des questions sociétales (mariage homosexuel, droit de vote des étrangers, libéralisation du cannabis…) , afin de mieux cacher leur échec sur le plan économique et social. Mais les tensions sociales liés à ces sujets de civilisation ou de fond, traités de la façon la plus maladroite et dans l’urgence, risquent d’aggraver la situation de ceux qu’on est censé aider (aggravation des agressions contre les homosexuels, crise identitaire qui renforce l’extrême droite…)

Si malheureusement, le Front National et l’extrême droite européenne, progressent, n’allez pas vous plaindre des thèses « populistes » et du « mauvais peuple » qui serait raciste et refermé sur lui ! Nous n’avons pas besoin des discours moralisateurs de vos « belles âmes » qui vivent dans les beaux quartiers et dont les enfants vont aux « bonnes » écoles,  et qui se prêtent à tous les discours culpabilisateurs pour saisir la moindre scène médiatique à ce sujet.  Cherchez plus tôt à comprendre pourquoi on en est arrivé là. N’est-ce pas le signe de l’abandon dans lequel vous avez laissé les peuples ? La réponse que vous donnez en termes sécuritaires (plus de police, de caméras, de contrôles aux frontières, dans les centre-ville et les espaces commerciaux..) ne peut enrayer les problèmes. C’est un pis aller fait pour rassurer les  classes non exclues encore du système (elle sont de moins en moins nombreuses avec vos politiques et c’est ce qui vous inquiète). Vous croyez d’autre part que les peuples des pays pauvres vont se laisser crever sans réagir face à la rapacité des chinois ou des occidentaux ? N’est-ce pas le terreau pour la montée d’un islamisme radical que vous combattez à juste titre ? Ce qui est sûr, c’est qu’on n’en a pas fini avec l’immigration clandestine tant que de véritables politiques de développement ne seront pas mises en œuvre. Sans cela, le contrôle des flux migratoires aux frontières (malheureusement nécessaire à court terme, n’en déplaise à une certaine extrême gauche angélique et mondialisatrice et aux ultra libéraux) restera un vœu pieux.

Une autre politique, dont vous êtes incapables de penser même les prémices, serait à mettre à l’ouvrage en urgence. Cette politique alternative vise à rependre de la souveraineté politique et économique et nécessite un certain nombre d’évolutions progressives et rapides (et aussi de ruptures, et oui !) avec le marché mondialisé, avec la finance dérégulée, avec la poursuite du chacun pour soi. Elle s’appuie par exemple sur des espaces économiques et politiques protégés (tel l’Union Européenne, ou Mercosur ou l’ASEAN,  mais sur d’autres bases ) qui viseraient en interne  à homogénéiser les législations fiscales, sociales et environnementales par le haut (le contraire de ce que vous faites !), une régulation bancaire et financière stricte (séparation des banques de dépôt et financières, interdiction des titrisation de crédits, des effets leviers, des marchés spéculatifs…) , une plus grande justice (resserrement des échelles de rémunérations , interdiction des retraites chapeaux et des stocks options…), une protection environnementale harmonisée entre Nations (et non la relance des solutions polluantes comme les gaz de schistes ou un urbanisme tout béton et automobile ), un secteur économique d’activités compatibles avec l’environnement (énergies alternatives, recyclage, eco-conception, agriculture durable…).

Vous voyez, vous avez des progrès à faire !

Heureusement, on ne compte pas trop sur votre bonne volonté !

Tous ceux qui se reconnaissent dans ces orientations et ne veulent pas en rester au constat des impasses ont donc tout intérêt à se regrouper afin d’organiser cette riposte tant sur le plan intellectuel, de l’action, que de la gouvernance, car l’indignation, indispensable, ne suffit pas. L’isolement et le repli sur soi ne sont pas la solution. Seul un élan collectif et constructif pourra redonner de l’espoir. J’ y invite tous les citoyens épris de justice afin de cesser ce cirque indécent de médiocrité et de mauvaise foi que les politiciens et les « bien-pensants » en tout genre (experts autoproclamés, intellectuels  au service du système…) nous forcent à subir tous les jours via les médias.

Georges Fandos

mail : georges.fandos@wanadoo.fr

06/06/2013

Commerce avec la Chine: l’Europe n’est pas tombée sur le panneau (photovoltaïque) du libre échange inégal !


En décidant de taxer de manière significative les importations de panneaux photovoltaïques venant de Chine et dont la fabrication est largement subventionnée par l’Etat, l’Europe a pris une sage décision, quoi que tardive, qui  va permettre la poursuite de la fabrication de panneaux en Europe. Il était temps, car déjà de nombreux fabricants européens ont arrêté leur activité,  sous la concurrence et le dumping des entreprises chinoises.
Le dogme du libre échange et de la réduction des taxes douanières est donc remis en cause par le Commissaire Européen au commerce, et nous nous en réjouissons . En effet, le protectionnisme chinois à base de manipulations monétaires et de bas salaires de type structurel ne peut être combattu que par un protectionnisme douanier sélectif à l’échelle européenne en fonction des pratiques de dumping de nos concurrents.

11/05/2013

Emmanuel Todd et Guillaume Duval : des regards lucides sur l'Allemagne

Hier soir (vendredi 10 mai) à l'émission "Ce soir ou jamais" de Mr Taddei sur FR3,Mrs E.Todd et G.Duval (Rédacteur en Chef d'Alternatives Economiques - son dernier livre "Made in Germany) se sont livrés à une analyse lucide sur la stratégie du patronat allemand qui consiste à privilégier , y compris à ses dépends sur le long terme, la stratégie de conquête mondiale des marchés des firmes allemandes au détriment des autres économies européennes.

Il est dommage que certains veuillent assimiler cette approche à de la germanophobie alors qu'il s'agit justement de mieux comprendre les raisons de l'attitude du gouvernement de Mme Merkel. L'homme politique allemand Oscar Lafontaine (équivalent de Mr Mélenchon) a d'ailleurs le même jugement que Mr Tood quand il dit que l'attitude du gouvernement allemand risque d'entrainer une hostilité croissante des peuples du Sud de l'Europe envers le gouvernement allemand actuel. On ne peut le soupçonner, lui, de germanophobie !

Pourquoi la lucidité a temps de mal à percer de nos jours chez certains analystes en place? C'est un mystère. On confond analyse critique et rejet. C'est rendre un mauvais service au peuple allemand que d'encourager la frange de leurs privilégiés dans la course à la déflation par la réduction des coûts et l'euro fort. Même la BCE et la Commission Européenne commencent à le comprendre qui baissent les taux d'intérêt et donnent un délai à la France pour ré-équilibrer son budget !

Georges Fandos