Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/05/2012

Ces élus qui défendent le développement durable en paroles uniquement…

Aujourd'hui tout le monde est pour le développement durable, sauf que quand il s’agit de mettre les paroles en cohérence avec les actes il n’y a plus grand monde en particulier chez nos élus locaux.

Si l’on prend l’exemple de la politique urbaine, le débat s’enlise sur un faux débat : est –on pour la densification (bâtiments plus hauts) ou pour l’étalement urbain  (habitat pavillonnaire)? S’il est vrai que l’étalement urbain est plus consommateur d’espace et donc d’énergie pour les déplacements individuels, il n’en reste pas moins que la densification entraine des phénomènes d’encombrements et de gestion de l’eau et des déchets, qui du fait de la concentration des flux et des volumes à gérer, sont loin d’être simples….

La solution ne réside donc ni dans l’un ou l’autre de ces solutions mais dans un aménagement équilibré et harmonieux du territoire basé sur la revitalisation de l’ensemble de l’espace et en particulier en Languedoc sur les villes moyennes tel Bédarieux, Ganges… car la concentration urbaine qu’elle soit avec ou sans étalement, ne fait qu’aggraver le gaspillage des ressources et détériore l’environnement.

Ce sont ces politiques volontaristes d’aménagement du territoire qu’il faut promouvoir et non le « déménagement » actuel du territoire !

Ces politiques se déclinent par exemple par des aides d’Etat à revoir complètement. Ainsi, aujourd’hui la Dotation Globale de Fonctionnement (DGF) par habitant est d’autant plus importante que la commune ou la communauté de communes est importante : c’est l’inverse qu’il faut faire pour revitaliser notre espace rural et les villes moyennes !

On continue au contraire à équiper le grandes villes de rocades (doublement de l’A9) , de zones artisanales , « d’ éco-quartiers » (on croit rêver !), qui ne font qu’amplifier le phénomène de concentration, de congestion et de pollution.

Il est grand temps de faire place à l’imagination ; mais nos élus en sont ils capables ?

Georges Fandos