Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/08/2011

Relocalisation des activités /démondialisation : le Brésil montre la voie sur le dossier Foxconn !

La société Foxconn, géant mondial de la sous-traitance électronique installé en Chine, qui assemble entre autres, l’Ipad de Apple et des ordinateurs (Dell...) est très vigilante sur ces coûts de production. A ce titre elle va délocaliser ses usines  vers d’autres régions de Chine où le salaire est plus bas de 30 % (152 euros par mois dans les provinces de Hénan et Sichuan au lieu de 217 euros par mois à Shenzen pour 300 000 ouvriers travaillant à la chaine et dormant en dortoir, loin de leurs familles,  où une vague de suicides touche le salariés – La mondialisation heureuse chère à Alain Minc !) .
Foxconn envisage aussi de remplacer 500 000 ouvriers par un million de robots en trois ans, pour diminuer les risques de grève et réduire les coûts de production.

Ce qui est intéressant c’est que suite à la volonté du Brésil de taxer à l’importation les produits de Foxconn, ce même  géant de l’assemblage a décidé d’installer une usine au Brésil malgré des coûts de production supérieurs à ceux de la Chine, afin que ce marché ne lui échappe pas! En effet  le prix du “Ipad” fabriqué en Chine, et importé au Brésil, est du coup des taxes d’importation, le double de celui du même “Ipad”  acheté aux USA (“Ipad” qui vient de Chine également).
Pourquoi les européens ne feraient pas pareil ?  On relocaliserait des emplois, et même si à court terme certains produits d’importation coûteraient un peu plus cher (on n’a rien sans rien) ,”in fine” du fait des emplois créés, on s’y retrouverait globalement.

Le Brésil n’est pas pour autant exemplaire sur tout : la viande bovine exportée par de très grandes exploitations et issue de  zones déforestées de l’Amazonie mériterait une éco-taxe aux frontières européennes qui relancerait notre élevage bovin extensif à l’herbe, au plus grand bien de nos éleveurs qui aujourd’hui ont du mal à joindre les deux bouts, et au profit de l’aménagement rural.

La relocalisation/ démondialisation des activités; ce ne doit pas être que pour les autres !

Georges Fandos
Responsable thématique ”politique économique” à CAP 21

Commentaires

Je partage votre analyse et suis en train de lire :

"le Scandale des délocalisations" de Eric Laurent chez Plon

Écrit par : Thouvenel MJ | 12/09/2011

Les commentaires sont fermés.