Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/02/2010

Aménagement du territoire du LR

Afin d’alimenter le débat politique sur l’aménagement du territoire, qui participe à la trame de fond de ces élections régionales, CAP 21 souhaite s’exprimer sur ce domaine car il nous parait emblématique des impasses dans lesquelles nous fourvoient les politiques menées aujourd’hui dans notre région.

Ce thème fait l’objet, par contre, de propositions fortes de la liste Europe Ecologie que nous soutenons.

 

Critique de la concentration urbaine :

La méga agglo d’un million d’habitants à Montpellier chère au président de Région avec « le Village des Marques», et un projet de ZAC de 1,5 millions de m2 au sud de l ‘A9 va aggraver :

1. Les embouteillages : le déplacement domicile travail représente 25% des déplacements,

2. La distance moyenne domicile travail qui a augmenté de 5 à 15km en 30 ans

3. Le gaspillage d’énergie et la pollution : 1km voiture consomme 1 tonne équivalent pétrole par an, émet en gros 100 à 300 g de CO2 par km, 2 tonnes par an. (Il y a 200 000 voitures en circulation aux heures de pointe dans une agglomération de 300 000 habitants)

4. Le gaspillage de l’espace : une seule automobile oblige la collectivité locale à mettre à sa disposition 170 mètres carré despace urbain public.

5. La pollution et le stress : selon une étude de l’Institut National de Veille Sanitaire, chaque année, la pollution atmosphérique est directement responsable, dans l’unité urbaine de Montpellier, de 34 décès, de 79 admissions hospitalières pour motif cardio-vasculaire, 15 pour motif cardiaque et 13 pour motif respiratoire chez les plus de 15 ans.

La métropolisation qui constitue l’argumentaire de base du président de Région et de l’Agglomération (« Montpellier se développe et contribue en  tache d’huile  au développement du LR ») est une vision du passé.

La vision d’avenir c’est un techno-réseau de villes au lieu d’une technopôle. On peut citer à tire d’exemple de ce que nous souhaitons, l’Italie du Nord avec ses « des usines au village »  ce qui constitue un gain de temps, la possibilité de pluriactivité, moins de pollution, la revitalisation de l’espace rural…

Sur ces questions comme sur beaucoup de sujets , la vision d’avenir en matière d’urbanisme et d’aménagement c’est Europe Ecologie qui l’exprime et non le président de Région qui a une vision dépassée ne correspondant pas aux enjeux d’avenir (réchauffement climatique, lutte contre les gaspillages et contre la pollution..).

 

le 20 février 2010.

Georges Fandos

Délégué régional CAP 21 LR