Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/05/2009

Cahier d'acteur de CAP 21 sur la ligne nouvelle Montpellier - Perpignan

Chers amis,

Ca y est; le cahier d’acteur de CAP 21 sur la ligne nouvelle ferroviaire Montpellier Perpignan dans le cadre du débat public est en ligne. Vous pouvez le consulter sur le site du débat public :
http://www.debatpublic-lnmp.org/docs/cahiers-acteurs/CA-cap21.pdf

Cordialement
Georges Fandos
Délégué régional CAP 21 LR

17/05/2009

Débat nouvelle ligne TGV en PO

Cap 21 Pyrénées-Orientales communique :

« Notre » TGV Perpignan-Montpellier est entré dans une phase importante : celle du Débat public (que les Roussillonnais connaissent pour l’avoir utilisé pour s’opposer à la THT) d’où doit sortir fin juin le projet définitif et notamment le nombre de trains – passagers et marchandises – qui couraient sur les 125 km desservant notre département. Plusieurs scénarios sont proposés : un scénario A aussi rapide (320 km/h) qu’hors de prix pour 10 trains de voyageurs par jour. Un scénario B mixte et onéreux (50 trains par jour, voyageurs à 300 km/h et fret à 120 km/h pour 5,2 milliards). Et un scénario C moins cher (3,9 milliards d’euros pour 70 trains voyageurs à 220km/h et fret à 120km/h). La différence entre B (qui semble avoir les faveurs de la puissance publique) et C, serait de 10 minutes entre Perpignan et Montpellier. Le scénario A est aussi le plus mauvais question saturation puisqu’il serait à revoir dès 2022 (après moins de 10 ans d’usage), le scénario B ne serait bouché qu’en 2042 alors que le scénario C serait opérationnel bien au-delà de 2050.

Cap 21 Languedoc-Roussillon a rédigé un Cahier d’acteur qui figurera parmi les pièces du débat. Notre choix est celui du scénario C car il est raisonnable techniquement et financièrement et aussi structurant : il est plus fiable (moins soumis aux incidents techniques générés par la grande vitesse) et plus souple en terme de cohabitation des trains fret et voyageurs. Son moindre coût dégagerait des fonds utiles pour améliorer pour le  réseau secondaire existant qui en a bien besoin et son plus grand nombre de trains permettrait un meilleur cadençage des liaisons avec le réseau secondaire, facilitant l’irrigation notamment économique de nos arrière-pays. Son meilleur accueil du fret en fait - et au-delà de 2050 - l’allié privilégié du ferroutage : moins de camions sur l’autoroute, moins de pollution dans nos poumons et dans l’atmosphère.

Cap  21 demande que le scénario C soit étudié avec les mêmes critères que les deux autres notamment en y proposant des gares nouvelles au plus près de nos grandes viles (Perpignan, Narbonne, Béziers) pour ne pas perdre en embouteillages urbains le précieux temps qu’on gagnerait  grâce au rail.

La passe d’armes entre les élus du Soler et de Rivesaltes est prématurée : avant de se chicaner sur l’emplacement de cette nouvelle gare, il faudrait se battre ensemble pour qu’un maximum de trains (scénario C)  permette à notre département de faire face à l’augmentation de sa population comme à celle du fret. Mais au fait, à quoi servira la gare actuellement prévue au centre des embouteillages de Perpignan ?

 

CAP 21 Pyrénées-Orientales : 11 rue de la tramontane 66000 CALCE  tel : 06 03 00 70 67

CAP 21 soutient le projet d’une voie verte dans la vallée du LEZ

Une piste cyclable qui longe le Lez, c’est possible !

Dans une logique de développement des déplacements doux, c’est même indispensable.
Le Lez a l’avantage de constituer une radiante qui traverse de part en part l’agglomération de Montpellier, du Nord vers le sud. C’est par ailleurs un véritable poumon vert pour cette même agglomération.
Une piste cyclable qui longerait le lez pourrait donc avoir un double objectif :
• Utilitaire : pour relier les centres urbains entre eux (Lattes, Montpellier, Castelnau, Clapiers, Jacou, Prades…), et les pôles résidentiels aux pôles d’activité (agropolis, cap alpha, …)
• Loisirs : pour construire un véritable circuit de promenade paisible et accessible à tous, qui longe le lez depuis les villages du nord jusqu’à la mer .
Lez coulée verte.jpg
La photo ci-dessus montre bien le parcours vertical du Lez qui venant du nord de l’agglomération montpelliéraine, la traverse en faisant office de frontière entre Castelnau et Montpellier, puis en se prolongeant sur Lattes et ensuite sur Palavas.
Le lez longe Castelnau dans toute sa partie ouest.

 

C’est dans cette partie qu’à quelques hectomètres du Corum et de la place de la Comédie, se retrouve un joyau environnemental.

Les vélos sont les parents pauvres de cette partie du lez puisqu’il n’y a pas à ce jour de connexion possible par la vallée du Lez entre les pistes cyclables venant de Jacou et Clapiers, et les pistes cyclables de Montpellier. A noter que la traversée de Castelnau par l’avenue Jean Jaurès n’est pas vraiment praticable par les vélos étant donné l’étroitesse de cet axe et sa très forte fréquentation automobile.

Les pistes cyclables provenant de Clapiers (RD 65 et route de Clapiers) et de Jacou (route de Clapiers) convergent sur Naviteau à l’entrée nord de Castelnau (Av. Jean Jaurès).

Au-delà, il n’y a plus de piste cyclable dans Castelnau, et il n’existe plus de connexion avec les pistes cyclables au sud qui remontent de Montpellier par l’avenue de Nîmes (avenue qui mène au Corum et à la place de la Comédie)

Claude Privat, correspondant CAP 21 Castelanu le Lez