Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/11/2008

OUI AU PROJET DE PLATEFORME MULTIMODALE (PORT SEC DE BARCELONE ) À BEZIERS!


CAP 21 estime que le projet de port sec à Béziers pour satisfaire les besoins logistiques du port de Barcelone est tout à fait judicieux sur le plan géographique. Il contribuera positivement au ré-équilibrage économique et au développement durable de l’Ouest du département qui en a fort besoin et il est tout à fait conforme à une vision de développement harmonieux du territoire.
Le développement durable du biterrois est un combat que les écologistes et CAP 21 mènent de puis 20 ans avec, par exemple, le soutien à la modernisation de la ligne ferrée Béziers - Naussargues qui pourra aussi être favorisé par ce projet. Cette voie ferrée qui désenclave le Massif Central, permettra de délester la ligne ferrée littorale aujourd’hui saturée, tout en alimentant ce projet de port sec.
CA P 21 se félicite donc du choix des responsables économiques de Barcelone, avec l’appui des élus de Béziers, en faveur de ce projet.
Il faudra cependant veiller à ce que cette plateforme soit alimentée prioritairement par le rail d’où l’importance de la double vocation fret / voyageurs de la future nouvelle ligne SNCF qui servira pour le TGV.
Les relations avec Sète et son port pourront être renforcées pour ainsi réaliser un maillage logistique intéressant.
CAP 21 s’étonne donc que dans notre région, des « esprits chagrins » puissent s’opposer à ce projet.
Pour CAP 21,
Georges Fandos
Délégué régional

HALTE A LA CONGESTION DE MONTPELLIER !


CAP 21 considère que le projet d’urbanisation de 1 500 000 m 2 envisagé par l’Agglomération et la ville de Montpellier situé entre l’autoroute actuelle et le projet de doublement de l’A9 est incompatible avec le développement durable de ce territoire, car sans parler de la mauvaise qualité de l’air situé entre deux autoroutes, il va contribuer à aggraver la saturation du trafic automobile, car le doublement de l’A9 ne résoudra rien.
De plus, l’écoulement des eaux et les risques d’inondations seront plus fortes dans ce secteur exposé car proche du Lez et déjà fortement urbanisé (Port Marianne, Odysseum…) avec des ouvrages qui vont rendre plus ardus les problèmes hydrauliques (talus de la voie TGV, de l’A9 et de l’A9 bis…). Encore récemment, les dernières pluies et l’inondation des rives du lez sont significatives de l’amplification de ce problème.
La solution pour répondre aux besoins de logement des nouveaux habitants, dans une politique de développement équilibre du territoire, c’est d’accueillir les habitants et de répartir les constructions dans les autres villes moyennes du département au lieu de congestionner Montpellier. La publicité delà ville de Montpellier pour attirer les nouveaux habitants est d’autant plus choquante !
Pourquoi ne pas également en profiter pour rénover le parc d’habitation des stations littorales et les constructions existantes du centre–ville ? Encore faut-il avoir la capacité de concertation qui fait tant défaut au président de l’Agglomération de Montpellier !
Nous appelons donc les pouvoirs publics, les associations citoyennes et les partis politiques qui, comme nous, sont pour le développement durable à s’opposer à ce projet démentiel.
Pour CAP 21,
Georges Fandos
Délégué régional